Qu’en est-il de l’e-commerce transfrontalier en Belgique ?

Les acheteurs belges prennent une part considérable à l’e-commerce transfrontalier, ce qui s’explique par la position avantageuse du pays au centre de l’Europe. De plus, la Belgique est venue tardivement à l’e-commerce. Résultat : de nombreux consommateurs ont décidé d’acheter dans des pays limitrophes, comme les Pays-Bas, l’Allemagne et la France.

Il faut souligner aussi que la Belgique est divisée en deux parties distinctes, la Flandre et la Wallonie, chacune avec sa langue et sa culture propres. Les cybercommerçants belges qui s’efforcent de toucher la totalité du pays rencontrent pour partie les mêmes difficultés que s’ils abordaient des marchés étrangers. Jusqu’à un certain point, les consommateurs de Wallonie se sentent plus à l’aise avec des e-tailers français qu’avec des e-tailers flamands, tandis que certains Flamands préféreront les Néerlandais.

 

Le top 100 des boutiques en ligne belges a enregistré 2,6 milliards € (2,96 milliards $) de recettes de 2014 à 2015, mais quelque 72 % de cet argent provenaient de consommateurs étrangers14. Le chiffre est élevé, mais c’est moins que l’année précédente : 75 %. Sur ce pourcentage, la France, les Pays-Bas, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Espagne sont les cinq principales cibles transfrontalières des e-tailers belges.

 

   Téléchargez notre livre blanc

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
(0 0.00 5)
Loading...