Le secteur logistique a-t-il atteint ses limites ?

4 octobre 2018 Lecture: 4 min

L’e-commerce est en plein essor et contraint le monde de la logistique à passer à la vitesse supérieure. Quelles sont les tendances et les évolutions qui touchent la logistique ? Et à quels défis le secteur fait-il face ? Nous avons posé ces questions à Ludo Sys, Project Leader au VIL, la plateforme d’innovation pour le secteur logistique.

VIL est la plateforme d’innovation pour le secteur de la logistique en Flandre et rassemble, en tant qu’organisation de membres, plus de 500 entreprises et organisations issues de différents secteurs. Avec l’aide de subventions des pouvoirs publics flamands, VIL aide les entreprises à réaliser des projets logistiques innovants et à accroître ainsi leur compétitivité.

Dans le cadre de leur mission, les collaborateurs de VIL sont toujours à l’affût et suivent de près toutes les tendances de la logistique. Ces dernières années, l’e-commerce a gagné en importance, modifiant les souhaits et les désirs des consommateurs. Nous faisons le point sur ces évolutions avec Ludo Sys, Project Leader au VIL.

Un transport plus rapide, durable et semi-automatique

 “La première tendance à laquelle est confronté le secteur de la logistique est celle de la rapidité”, explique Ludo. « Les webshops font tout ce qui est en leur pouvoir pour livrer le produit au client le plus rapidement possible. Amazon, innovant sur bien d’autres plans aussi, teste par exemple les ‘webshops prédictifs’. Le principe consiste à prédire le contenu du panier d’achats en fonction du comportement du client sur le site web et à envoyer sans attendre les articles aux centres de distribution locaux. Le circuit logistique se met ainsi en marche avant même que le client ait passé sa commande.”

 

“En plus de la rapidité, la durabilité joue un rôle de plus en plus important. Les villes instaurent pour des zones de basses émissions, ce qui signifie que les camionnettes de livraison de colis sont plus souvent exclues des rues. On voit émerger de plus en plus de dépôts urbains à la périphérie de la ville. Des coursiers partent de là à vélo (comme ceux de Bubble Post) ou à bord de petits véhicules électriques.”

On voit émerger de plus en plus de dépôts urbains à la périphérie de la ville.

Ludo Sys
Project Leader VIL

 La troisième tendance, le transport semi-automatique, est largement expérimentée dans le monde entier, bien que cette innovation soit quasiment inexistante dans notre pays. « Il est vrai que ce mode de transport est méconnu en Belgique », confirme Ludo. « Le platooning (liaison électrique d’une file de camions dont seul le premier est conduit par un chauffeur) n’est pas évident dans notre pays en raison des nombreuses bretelles d’accès et de sortie. Dans les pays où ces manœuvres complexes de croisement n’existent pas, ce mode de transport de marchandises offre de nombreuses opportunités. Qui plus est, les drones sont principalement utilisés dans les régions isolées, notamment pour apporter des médicaments dans des zones reculées.”

 Picking and packing 2.0

Le domaine du transport subit des changements majeurs, mais l’enlèvement et l’emballage des produits aussi. « En matière de ‘picking’, nous assistons à une automatisation et à une robotisation de plus en plus poussées », explique Ludo. « Les produits ne sont plus enlevés manuellement, mais par des robots. Dans les Pays-Bas historiques, par exemple, l’entreprise Active Ants dicte la tendance. Grâce à un système de stockage composé de bacs et de robots, elle parvient à enlever rapidement les commandes électroniques.”

Outre le « picking », le « packing » est aussi constamment amélioré. Ludo illustre cette évolution à l’aide d’un exemple : « Coolblue utilise actuellement une machine d’emballage qui adapte l’emballage à la dimension des produits commandés. À la clé ? Moins de gaspillage de matériel d’emballage, mais aussi moins de camionnettes pour transporter plus de colis. Fini de transporter de l’air !”

Défis pour un avenir viable

Aujourd’hui, le client en ligne est choyé par les géants de l’e-commerce : d’un large choix à des livraisons rapides. Mais cette situation est-elle encore viable ? « Il est vrai que le monde de la logistique atteint progressivement les limites de sa flexibilité », admet Ludo. « En ce moment, tout est mis en œuvre pour satisfaire le client. Mais la question est de savoir si c’est nécessaire ou souhaitable, a fortiori dans une optique de durabilité. Le monde de la logistique doit oser se demander s’il est réellement nécessaire que le client réceptionne son colis le jour ouvrable suivant sa commande.”

 

Le monde de la logistique doit oser se demander s’il est réellement nécessaire que le client réceptionne chaque produit le jour ouvrable suivant sa commande.

Ludo Sys
Project Leader VIL

Les nombreux retours que le secteur de la logistique doit gérer constituent un autre défi. « De multiples retours pourraient être évités et encombrent inutilement nos routes », ajoute Ludo. « Il est essentiel que les webshops investissent dans un site web performant qui guide les clients dans leurs achats, comme le fait Brantano. Les magasins de chaussures réalisent un scan 3D du pied de chaque client. Celui-ci voit donc immédiatement en ligne si une chaussure lui conviendra ou non. Il est crucial que nous puissions gérer les nombreux retours.”

En raison du succès croissant des achats en ligne, le secteur de la logistique connaît actuellement une profonde évolution. Les années à venir seront marquées par la recherche d’un équilibre entre rapidité et durabilité.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *